Marie-Martine

J’ai vécu une expérience que je n’aurai jamais imaginée vivre, j’ai posé pour une artiste.

Ce que j’ai vécu ces quelques jours est pour moi inoubliable, ce fut une aventure spirituelle, bouleversante, étonnante, des moments d’une intensité si forte, si profonde que le temps n’existait plus j’avais l’impression que Rini et moi nous étions dans une autre dimension, suspendues dans l’espace, le temps…

Cette aventure est, je pense, liée d’abord au rapport que nous avons avec le corps humain.

J’ai toujours pensé que notre corps était notre maison très personnelle dans laquelle nous habitons, un véhicule qui nous permet de nous déplacer.

Pendant que je posais c’était moi et pas moi, je n’étais qu’un support.

Que voit Rini quand elle regarde ce corps ? Elle voit au-delà…

La regarder travailler c’est comme surprendre l’intimité de quelqu’un, j’en suis un peu gênée, c’est tellement fort, tellement surprenant…

Rini plisse les yeux, que regarde-t-elle ? Où regarde-t-elle ?

Sa main gauche vole, sa main droite vole…

Un gros morceau de fusain dans la main, un pulvérisateur contenant un liquide, eau café, chocolat, puis un minuscule petit bâton de pastel… le temps s’arrête, et le miracle a lieu, Rini dépose sur le sol la grande feuille sur laquelle elle a travaillé et je découvre ce qu’elle a vu de moi, en moi, à travers moi, au-delà de ce corps que je reconnais mais qui m’échappe. Parfois j’ai l’impression que c’est la petite fille que j’étais, une autre fois la jeune femme de trente ans.

Cette sensation de voyager dans le temps est curieuse. Etre là et puis s’enfuir très loin…

Merci à Pierre d’avoir eu cette demande, merci à Rini de me l’avoir fait vivre, merci à la vie de nous faire de si belles surprises.

Marie-Martine


© 2020 Rini Ferhi